Un mois avec moi à Paris…

Que diable fais-je ici ?

This is the end…

leave a comment »

Non, non, non, je n’oublie pas mes engagements passés. Malgré un grand retard, il est temps, un mois après (!), de voir le bout du tunnel et tirer le bilan de mon expérience parisienne.

Ayant repris mes obligations estudiantines, je n’ai pas moins oublié de penser à ce mois parisien. J’ai, en outre, relu tous les commentaires reçus sur ce blog. Nombreux sont ceux qui évoquent la vision faussée et trop réductrice de la ville que j’ai retranscrit ici. Et bien je suis à 100% d’accord avec ce qui a été dit. Ce que j’ai vu et ressenti par rapport à Paris n’est qu’une infime partie de la face complète de cette ville. Je n’ai embrassé que sa joue sans même (avoir l’opportunité de) voir l’ensemble de son visage. Je n’ai pas goûté à « Paris by night » et ses célèbres « after works » parce que j’avais trop peur. Je n’ai tant pas musardé que cela, parmi les grands boulevards ou charmantes rues de la capitale, parce que j’étais happé par le rythme de mon stage. Je n’ai pas profité de mon séjour. Je me suis contenté de vivre et non d’habiter la ville. Conséquence : la façade noire du métro est celle qui m’a le plus marqué.

Il est un vrai souci que de retenir si peu de positif quant à ce mois, car il est évident que, tôt ou tard, je serai amené à y revenir. Le milieu professionnel que je vise m’y condamne. Je crois que j’y reviendrai avec un état d’esprit nouveau. La vérité est que je regrette que ce mois n’ait duré qu’un mois. Si les premiers jours m’ont fait friser la dépression nerveuse, j’ai fini par me faire au rythme et intégrer le moule. Exactement comme lorsque je découvrais Angers pour y poser mes pénates.

Aussi, je me suis précipité voir le film « Minuit à Paris » après avoir lu  dans le synopsis que « la magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière ». Un meilleur appât ? Y en a pas ! Résultat, à l’instar du personnage principal un tantinet rêveur, j’ai été charmé. Paris est une ville si stimulante pour la pensée. Je ne suis  pas surpris par l’émulation et les œuvres d’artistes qui passent ou qui y sont passés.

Alors cela n’engage que moi de dire que Paris est une ville pour les esprits libres et non  ceux, enchaînés à leurs aspirations professionnelles. Je repense à ce photographe qui venait vivre six mois dans la capitale, simplement en quête d’inspiration… Peut-être un jour, me retrouverais-je dans une situation similaire.

J’en ai terminé avec mes états d’âmes ; c’est la fin de ce blog. Mais je suis loin d’en avoir terminé avec la blogosphère, ce n’est qu’un début. Tiens, tiens… Cet été je vais gagner Londres… 1 mois à Lon… ? Non ! Rassurez-vous : je n’y reste bien malheureusement pas suffisamment longtemps.

En attendant, vous pouvez retrouver ma plume ici.

À bientôt les parisiens et les autres !

Publicités

Written by apprentiparisien

mai 29, 2011 à 11:05

Publié dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :