Un mois avec moi à Paris…

Que diable fais-je ici ?

De l’art de covoiturer !

with one comment

Non je ne suis pas mort, mais plus vivant que jamais. Il faut savoir que là où j’étais à faire bronzette, internet n’est pas roi. Mais quel plaisir ce fut que d’être sevré d’écran… Je recommande vivement !

Pour ceux que cela intéressent, j’ai réussi, non sans peine, à me sortir du « caca » dans lequel j’étais enfoui. Je serai même publié, youpi ! Trêve de réjouissances car lors de ma dernière intervention, je voulais évoquer le covoiturage.

Adepte depuis plusieurs mois déjà, j’ai eu recours à ce procédé à sept reprises durant ces quatre dernières semaines. En somme, j’ai eu l’opportunité de rencontrer un peu moins d’une trentaine d’individus différents. Un photographe, des étudiants, un couple d’architectes, des professeurs des écoles, une libraire… Que d’horizons différents, que de potentialités. Chacun de ces moments furent délices. J’en garde un souvenir particulier de chaque. Un trajet Paris-Nantes long de plusieurs heures permet, par la force des choses, d’engager des conversations. Puisque différents mondes se rencontrent, il est une vraie richesse que de faire voiture commune. Ce qu’il s’y crée, du tissu social, est vraiment unique. Du coup, j’ai beaucoup appris auprès d’eux. Par exemple, un architecte est l’unique responsable durant 15 ans s’il arrive malheur à une de ses bâtisses… Vous le saviez, vous ?!

De tous les discours que j’ai écouté, celui du photographe m’a semblé être le plus convaincant. Je ne sais pas si la fibre artistique a joué, mais il m’a ébloui par ses propos éclairés. Justement, lorsque je le lance sur Paris, il me rétorque, à peu près dans ces mots : « Paris est la belle ville du monde, pas de doute. Mais les Parisiens n’en profitent pas. Cette ville n’est pas faite pour les Parisiens mais pour les touristes ! Tout va trop vite dans ce moule… »

Je crois ici que tout est dit ou presque. Ce que j’ai ressenti durant ce mois est là. Frustration. Le sentiment d’être dans quelque chose de grandiose, Paris, mais qui nous surpasse complétement. Le rythme, c’est métro-boulot-dodo. Effrayant.

C’est lors de mon ultime covoiturage que j’ai atteint les sommets de l’effroi. Les trois parisiens qui m’accompagnaient ce jour-ci, tenaient à peu près ce discours : « Nantes, c’est incroyable comment sont les gens. Ils sont beaucoup plus stressés et individualistes qu’à Paris… ». Devant pareille hérésie, je bouillais de l’intérieur. Mais je suis resté impassible, car le trajet commençant, j’avais trop peur de créer une polémique si grande qu’ils m’auraient laisser sur le bord de la route (!). Il faut relativiser de tels propos car tout est question de point de vue. Mais là tout de même…

Enfin, je garde un merveilleux souvenir d’un covoiturage où je n’ai cessé d’être… stressé. Stressé car je savais car le conducteur me déposerait à porte d’Orléans à 23h30. Or, devant rejoindre Alésia, je savais que je devrais, soit marcher, soit prendre le métro. Mode paranoïa on : si je veux éviter de me faire agresser, mieux vaut être sur ou sous terre ? C’est à peine croyable ce que cette ville fait de moi. Oui j’ai peur. Je l’admets sans une once de honte. Finalement une fois arrivé, double soulagement. Non seulement les rues sont encore bondées de passants à cette heure-ci, mais en plus, un autre covoitureur décide de marcher avec moi. Ce Jean-Jacques,  un cinquantenaire en provenance d’Angers, a dû sentir mon angoisse. Quel service il m’a rendu ! Il n’a pas été jusqu’à me tenir par la main mais dans ma tête, c’était tout comme.

D’ici quelques jours, je vous livrerai mes ultimes pensées, mon bilan de cette expérience. En attendant, juste pour la blague, si vous voulez voir à quoi ressemblaient mes périples parisiens à trottinette, c’est ici qu’il faut cliquer.

Publicités

Written by apprentiparisien

avril 29, 2011 à 9:10

Publié dans Uncategorized

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Alors ça y est, c’est fini ? C’est dommage parce que je m’étais habituée à avoir mes ptits articles un jour sur deux…
    J’ai testé le co-voiturage aussi une fois pour un Perpignan-Paris, c’était super ! En général quand je voyage je suis plus auto-stop. Même degré d’intérêt niveau rencontres mais moins organisé !! C’est bien fun aussi 🙂

    Lilie

    avril 30, 2011 at 4:43


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :