Un mois avec moi à Paris…

Que diable fais-je ici ?

Jour 11 et 12 : Tout va pour le mieux… ?

with 3 comments

Et bien oui ! En ce moment, je n’écris qu’un jour sur deux, car je fais bien ce que je veux. La vérité est que le temps me manque, et que je manque de temps pour tout.

Je dois l’admettre, je commence à me sentir mieux. Que ce soit dans le métro : je commence à marcher très vite, courir après les wagons ou bien pire encore, prendre la presse gratuite ( ! ) pour me distraire les yeux durant le voyage ; ou que ce soit à mon stage : je trouve timidement ma place, et il était grand temps. Malgré cela, aucun de mes collègues ne doit encore savoir d’où je viens. J’ai hâte que l’occasion se présente, en l’occurrence, je sens biens que lors du dernier jour, on me posera hypocritement cette question. Ce moment venu, je ne manquerais pas de répondre avec un minimum d’ « odieuserie »…

Il ne me reste plus qu’une semaine et demie à vivre ici. Je ne veux pas avoir de regrets. Mais la perspective de voir le bout du tunnel m’enthousiasme, au point de voir la vie d’un rose nuancé.

Nuancé car je manque trop de sérénité rien qu’à me promener dans les rues parisiennes. Et surtout, je suis encore témoin de scènes qui tiennent davantage de l’hallucination plutôt que de la réalité.

Une fois encore, c’est sous terre que cela se passe. Une jeune femme (25 ans précisément) fait son entrée dans le wagon et me pousse gentiment à dégager l’allée. Je m’exécute sans imaginer une seconde ce qu’il va suivre. Voilà que la femme se met à parler aux autres passagers, d’une voix qui porte : « Je suis comptable… Je n’ai pas de travail actuellement… Je suis en galère… Si vous aviez un ticket restaurant ou un peu de monnaie... » sont à peu près les mots qu’elle tient. Une fois le monologue terminé, sa figure est toute rouge. Je suis sidéré que les autres passagers… ne soient pas sidérés. Ils n’ont qu’à peine prêté attention à la nécessiteuse. La scène à laquelle je viens d’assister me semble pourtant en tous points surréaliste. Aussi pathétique soit-elle, je tire mon chapeau à cette femme, capable de se donner en pareil spectacle devant le public. En soi, c’est une prouesse. C’est aussi, à mon sens, descendre dans le plus bas de l’échelle sociale. Cela nécessite, j’imagine, une toute petite estime de soi.

1h31 du matin ? Bon sang, mais il faut dormir !

Publicités

Written by apprentiparisien

avril 13, 2011 à 11:19

Publié dans Uncategorized

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Euh… au risque de passer pour la parisienne blasée… c’est la première fois que tu vois qq’un qui fait la manche ??

    Et oui, le métro ça fout aussi ce genre de claque : les gens dans le besoin ne sont pas tous des vieux, sales et qui puent l’alcool comme le cinéma veut nous le faire croire.
    Ca arrive à n’importe qui de nos jours de tout perdre 😦

    Et effectivement, les gens n’ont pas bougé le sourcil parce qu’ils ont l’habitude de ce type de scènes et qu’ils donnent parfois mais malheureusement on ne peut pas donner à tous.
    Mais ce n’est pas pour autant qu’ils n’ont pas entendu et je suis prête à parier ma main droite qu’ils ont tous eu un pincement au coeur à un moment ou un autre du speech de la jeune femme.

    Bienvenue dans le monde tel qu’il est…

    Lilie

    avril 15, 2011 at 2:57

    • J’ai déjà vu faire quelqu’un la manche. Mais là, c’est le degré supérieur tout de même. Faire un monologue en public..ça passerait presque pour une prestation théâtrale !

      apprentiparisien

      avril 15, 2011 at 3:45

  2. Lorsque j’habitais à Paris, j’y avais droit tous les matins et de la même personne, au début j’ai donné parce que tout comme toi, ca m’a fait mal au coeur, et au fil des jours, cette personne devenait limite agressive et insultait les gens qui ne donnait pas d’argent. C’est plutôt ca qui m’a choqué, à partir de là, j’étais obligé de faire la « blasée » et de ne pas lui prêter attention. Il n’y a qu’à Paris que j’ai vu ca. C’est triste mais c’est la vie, comme dit Lilie, on ne peut pas donner à tout le monde.
    Au fait, intéressant comme blog! J’ai vécu 4 ans à Paris (et j’espérais la quitter tous les jours malgré de très bons moments passés là bas) et je l’ai quitté depuis 2 mois, j’ai l’impression de redécouvrir la vie en province 🙂

    Lumière

    avril 20, 2011 at 3:26


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :