Un mois avec moi à Paris…

Que diable fais-je ici ?

Jour 3 : Pincez-moi je rêve

with 10 comments

Dans le métro, à nouveau, voilà qu’une pensée me vient à l’esprit. Adeptes du train souterrain, vous devez bien savoir que pour ouvrir une porte de wagon, il faut tirer sur une poignée. Non pas appuyer sur un bouton, mais tirer une poignée. Une nuance de taille à mon sens. Dans ce geste, il n’y a pas de délicatesse ; c’est un geste autoritaire et ferme. Pour moi, le simple fait de tirer cette poignée confère un « pouvoir » à l’usager. Appuyer sur les boutons du tramway nantais par exemple, c’est être passif. En revanche, dans le métro parisien, avec ce geste, l’usager accompagne le mouvement d’ouverture de la porte. Et bien je ne sais pas pourquoi mais je crois qu’il en ressort avec un sentiment de puissance. Extrapolation d’idée.

Je sais, je sais. En parlant autant du métro, j’aurais pu intituler ce blog « 1 mois avec moi dans le métro parisien ». Je l’admets, j’en ai bien trop peu vu de Paris. Peut-être est-ce justement sa face la plus noire à laquelle je suis confronté chaque matin.

En attendant, c’est bien là que j’ai assisté à LA scène de la journée. Je suis assis tranquillement sur un siège de wagon. Je regarde par la fenêtre et vois un homme assis sur le quai. Je lui lance un regard plein d’innocence, sans animosité aucune. Ses yeux me répondent. Je tente de lui sourire. Puis je baisse la tête, en attendant que le métro reparte. Voilà qu’il redémarre. Je lance un second regard à l’homme sur le quai. Son visage n’est pas plus expressif que quelques secondes auparavant. Et là, je lis sur ses lèvres, le murmure qu’il me lance avec une froideur mesurée : « Fils de pute ». Je reste pantois, abasourdi devant cette violence de mots.

Publicités

Written by apprentiparisien

avril 1, 2011 à 10:14

Publié dans Uncategorized

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Hum, pas cool du tout cette anecdote 😦
    Mais si vous avez vu le film « Paris je t’aime », vous vous souviendrez sûrement du court-métrage qui dit qu’il ne faut jamais croiser le regard de qq’un dans le métro !!
    L’idée de puissance associée à l’ouverture des portes de métro ne m’avait jamais traversé l’esprit mais c’est assez bien vu en fait… Décidément, votre regard sur Paris me plait !
    Essayez le RER, vous verrez, ce sont des boutons, pas des poignées ^^

    Lilie

    avril 1, 2011 at 1:33

  2. PS : oui, oui, j’ai bien l’intention de commenter chacun de vos articles jusqu’à la fin de votre mois parisien :p

    Lilie

    avril 1, 2011 at 1:34

  3. oui… mais la poignée, on la soulève, plutôt, en fait (je sais, je chipote !) et c’était un truc que j’avais peur de ne pas savoir faire, quand j’étais provinciale et que je ne faisais que passer par Paris !
    Et certaines rames ont des boutons, pour les portes. Et même, sur certaines lignes, les portes s’ouvrent toutes seules ! (et une voix annonce les stations)

    parisiennette

    avril 1, 2011 at 6:03

  4. Les métros les plus anciens ont une poignée, les plus récents un bouton et les ultra-modernes s’ouvrent seuls ^^ C’est beau tout cet argent dépensé dans le progrès technologique 🙂

    Lilie

    avril 1, 2011 at 7:46

  5. Les lignes sont connectées mais ne se ressemblent pas, les quelles utilisez vous pour vos aventures quotidiennes ?

    Aurelien

    avril 5, 2011 at 3:44

  6. Ah le métro, je pense qu’il y a autant d’anectode que de parisiens.

    Du « fils de pute » parcequ’on regarde quelqu’un au coup de couteau parcequ’on ne parle pas a un dérangé qui veut vous parler (http://www.metrofrance.com/metro-paris/il-poignarde-un-homme-dans-le-metro-s-en-vante-sur-un-reseau-social/mkbj!G1nmrxQIjDj6Q/), en passant par le pervers qui se fait plaisir sans gène en regardant fixement une femme…

    Bienvenue a Paris 😀

    greg

    avril 6, 2011 at 1:59

  7. alors le mec il faut continuer à lui sourire, et peut-être même lui faire un doigt, c’est encore plus drôle de le voir s’énerver tout seul.

    Zligo

    avril 13, 2011 at 3:14

  8. Ouais il y’en a des anecdotes sympathiques dans le métro parisien! Comme ce matin sur la 6, un mendiant qui insultait tout le monde dans la rame, à 7h15, car personne ne lui avait donné quoi que ce soit… Vive le début de journée! Yay!

    Mais dès fois c’est bien plus drôle aussi… Et sinon, j’observe très souvent les gens, c’est d’ailleurs mon passe-temps favori quand je n’ai pas de lecture avec moi, et je ne me suis jamais faite agressée, ne serait-ce que visuellement 🙂

    Alicia

    avril 15, 2011 at 11:45


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :